Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20 février 2006

Qu'est ce qu'on dit à quelqu'un qui va mourir ?

C'est la question que je me pose depuis quelques jours. Pour mon Grand-père... Les grands-pères vont mal en cette saison, le saviez-vous ?

Cher Grand-Père, cher Guy,

Un mot pour te dire que je suis triste mais heureuse. Te dire que c'est chouette que tu aies connu Marie-Jo, que vous ayez eu des enfants, dont Papa, qui a eu des enfants, dont moi. Que c'est bien de vivre grâce à toi, que c'est important pour moi de penser à ces attaches familiales même si parfois que je tente de les tendre comme un élastique.

Mon grand-père, mon Père Noël, Guitou, je ne sais pas si je pourrais te voir encore un peu, si tu voudras bien qu'on passe te voir... Je comprends que tu ne veuilles pas. Alors je ne sais pas comment je te ferai passer ce simple message avant que tu partes : je suis juste heureuse d'être là grâce à toi.

Ta (encore toute petite-) fille aînée

22:07 Publié dans Marais | Lien permanent | Commentaires (0)

10 février 2006

Feuilleter le journal

Suis-je plus sensible qu'à d'autres périodes à la somme de nouvelles catastrophiques lues dans les journaux ? Ou ce début de février 2006 est-il particulièrement propice au découragement ?

Le spleen provoqué par mes trente ans me rend-il sensible plus qu'à l'habitude ?

Le Gouvernement sort le 49-3, la grippe aviaire touche l'Afrique, Bolkestein va passer. J'ai regardé le journal de 13h de France 2 ce midi : une catastrophe journalistique. Cela faisait plusieurs années que je n'avais pas vu un journal de 13h, je suis consternée par le traitement de l'information...

Je suis tranquille au bureau, le téléphone ne sonne pas, ma collègue stresse depuis ce matin, j'essaie de la faire redescendre et de l'aider à régler ses problèmes un à un. Moi je suis calme, je profite de ce premier jour de mes trente ans. J'en profite doucement, en me chauffant au soleil qui passe par la fenêtre.

Comment supporter que la vie paraisse et douce et abominable ?

22:00 Publié dans Marais | Lien permanent | Commentaires (0)