Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29 juin 2014

Le selfie (sociologie à la truelle)

Le selfie est la photo de celui qui n'a pas de temps à perdre. De la scène qu'il ne prendra pas le temps d'observer ni de savourer, il se satisfera d'une photo dont il est le héros et n'en conservera qu'un parfum de synthèse.

C'est le souvenir de celui qui ne fait plus travailler sa mémoire. Il ne compte ni sur elle, ni sur le langage pour partager la beauté, l'incongruité, la rareté de la situation dans laquelle il se trouve.

Happé par le souci de sa propre valorisation, il ne goûte pas le brut. C'est la mise en scène de lui-même qui rehausse l'intérêt de ce qui l'entoure. Il se contemple contemplant.

Le selfie est la photo de celui qui ne doit rien à personne. Demander à son voisin de prendre la photo, c'est prendre le risque d'entrer en relation avec lui. Ou de se faire piquer son smartphone. C'est une mise en scène de la paranoïa et de la misanthropie.

C'est le couronnement de l'auto-satisfaction. Que l'arrière plan soit méconnaissable, que le cadrage soit hasardeux, que son visage soit figé par un sourire de circonstance, ne lui importent pas. Le plus important est qu'il a pris cette photo tout seul. Il en est l'initiateur, le faiseur, le seul responsable : tout le mérite lui revient.

***

- J'étais là, seul, au milieu des Champs-Élysées, très tôt. Et strictement personne. Personne autour de moi. J'étais abasourdi. Pas un piéton, pas une voiture, je t'assure, rien, aucune activité. Je me suis cru dans un rêve, ou au milieu d'un tournage, ou juste avant un défilé militaire. La sensation du surnaturel. J'avais l'avenue pour moi et je la reconnaissais à peine. J'ai souri, et j'ai respiré très profondément. J'ai pensé que ça ne m'arriverait sans doute jamais plus. Ça n'a duré que quelques secondes et l'avenue a repris vie. J'étais arrivé dans un creux, un vide ; le hasard a fait que personne n'était là, sauf moi. J'ai eu ce matin-là une chance extraordinaire. Ça m'a rendu heureux. Rien que d'en parler, tu vois, j'ai encore les poils qui se hérissent.

- Cool ! Tu t'es pris en photo ?

Les commentaires sont fermés.