Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19 juin 2006

Semper virens

Hey, Petite, tu te demandais si tu l'aimais encore ? Tu te demandais si tu avais tout bien tué en toi ?

Vraiment, tu te le demandais ? Naïve...

t-Phoenix2.gifTu craignais d'avoir superficiellement fait disparaître les symptômes. Mais tu pensais, que, peut-être, tu avais soigné la maladie. Enfin, tu ne savais pas encore... Il t'a fallu le regarder un peu plus longtemps pour te rendre compte. Décidément, tu ne veux jamais voir ce qui crève les yeux...

Tu sais pourtant que les jolies histoires n'arrivent pas tous les jours, que leur rareté les rend précieuses, et qu'on n'oublie pas les jolies pierres. La preuve, tu les conserves les pierres, les Marcelin Cailloux comme les galets sphériques de Normandie.

Alors, hein, c'est bien ça ? Tu pensais l'avoir fait disparaître ce joli sentiment. Et non...

Il a changé c'est vrai, il est plus doux, il a perdu ses ornements - l'attente, l'envie... Mais il est vivant non ? Tu n'as rien tué du tout, prétentieuse ! Et dis-moi... N'est-il pas plus effrayant comme ça ?

Souviens-toi doucement, ne tue pas ses souvenirs et ses sentiments là. Ne les éloigne pas à grand coup de pied... Épargne-toi la flagellation, elle gâche tout !

Laisse-les un peu tranquille, ils ne font plus de mal.

C'est un joli amour, un de ceux qu'on pourra pleurer en souriant, un jour.

01:35 Publié dans Marais | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.