Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08 juin 2006

"Y'en a des biens"

Y'a des journées difficiles couronnées par des situations hallucinantes.
Y'en a un qui me dit souvent qu'il m' "arrive toujours des trucs".
Y'en a un autre qui aimerait bien que je les lui raconte de vive voix. Mais il devra attendre un peu. Un peu.

... Et y'a une chanson de Didier Super, qui s'appelle "Y'en a des biens" (attention, hautement inflammable).

Il était une fois...t-0892.jpg

22h, de retour du boulot. Fatiguée, revenue de tout, blasée, larve. Je me cale dans un fauteuil du métro.
Surgissent dans la rame deux jeunes mecs qui crient des ohhhh et des ahhhh en se raclant la gorge. Et qui se lancent :

- M'sieurs Dames ! On s'excuse pas de vous déranger vu l'heure tardive ! Non, on s'excuse pas ! On est juste là pour vous dire qu'on n'en veut pas de votre fric ! Mâaa non on n'en veut pas ! Il pue le capitalisme et la prison vot' fric de merde ! On est juste là pour vous chanter une chanson ! Et on va chanter très fort !

Et ils chantent quoi les d'jeun's ? Ils chantent "Y'en a des bien"... A tue-tête...

Lecteur qui connait la chanson, tu sursautes en imaginant la scène.

Lecteur qui ne connait pas la chanson, tu vas sursauter en lisant les premières paroles de cette chanson, puis frémir en imaginant la scène :

Les Arabes, c'est comme les lesbiennes et les drogués,
Les romanos, comme les artistes et les putes,
Les handicapés, c'est comme les lépreux et les noirs,
Les clochards, c'est comme les pédés et certains jeunes,

Y'en a des bien, y'en a des biens,
Y'en a des bien, y'en a des biens biens biens

J'ai été prise d'un rire nerveux. Mon voisin aussi, en moins discret que moi. Le passager d'en face secouait tristement la tête d'un air de dire "vraiment ces jeunes cons, c'est de pire en pire..." Un homme debout face à moi restait bouche bée.

Je ne ferai pas de commentaire longuet (Gérard) sur les paroles de cette chanson, je me défausse sur le site officiel de la Diplomatie française qui consacre un dossier (j'vous jure!) à l'humour français et une rubrique sur "Peut on rire de tout ?".

Contrairement à ce que j'imaginais, aucun de mes compagnons de voyage n'a rien dit. Aucune remarque, aucune rébellion quand, improvisant sur les paroles officielle, le chanteur principal (c'est à dire celui qui gueulait le plus fort) c'est lancé sur une litanie de "J'emmerde toutes les religions, bande de cons". Moi qui craignait pour sa sécurité, rien. Nichts. Nada.

Et finalement, c'est ce qui m'inquiète le plus. Oui, ok, mes convictions me portent à penser que cette chanson est dérangeante, mais qu'elle est engagée, et défendable. Mais je comprends et j'admets bien volontiers qu'elle soit indéfendable pour beaucoup. Et elle a sans aucun doute été un choc pour certains passagers de la rame. Mais tout le monde a baissé la tête et a laissé passer...

Alors je me demande... Je me demande jusqu'où nous mènera la non-intervention de chacun fasse à des situations discutables.

Cette fois-ci, j'étais stupéfaite de la scène qui se déroulait, mais pas outrée. Et si il m'arrive d'assister à une scène que je trouverai, moi, cette fois-ci, insupportable, me lèverai-je ? Y aura-t-il des gens pour se lever avec moi ?

Les commentaires sont fermés.